jeudi, décembre 14

Plus Wowouj est vieux, moins il veut se défaire de sa plume.

Deux décennies pour construire une vie, une seule journée pour la défaire. En 1990, il y a de plus en plus d'ondes cérébrales sur Wowouj. Il souffre de brûlures. Les radiations électromagnétiques sont intenses. Puis, Wowouj est diagnostiqué de schizophrène par la médecine. Des troubles de la vision se manifestent, des voix sonores artificielles brûlent ses tympans, des délires paranoïaques et des angoisses commencent à l'envahir. Le corps de Wowouj est sérieusement empoissonné par des radiations électromagnétiques. C’est la descente aux enfers. Depuis, il lutte pour remonter à la surface et vivre une vie comme tout le monde. Tôt ou tard, la vérité apparaîtra sous sa plume, une plume de gris du Gabon, dit-il !

Environ les deux tiers des schizophrènes entendent des voix. Elles sont imaginaires. Ces voix, non mêlées d'ondes extérieures, sont ancrées dans leur tête. Elles viennent d'eux-mêmes et non des ondes extérieures. Elles sont insultantes et menaçantes. "Tu ne vaux rien ! Tu es nul ! Tu peux nous quitter !". Le plus souvent, les médicaments réduisent ces symptômes chez les schizophrènes.

Les ondes cérébrales étrangères viennent de loin. Elles peuvent se mêler aux fréquences cérébrales d'une personne. Elles permettent de matérialiser des voix menaçantes dans la tête d'une personne normale. Quand ces ondes lointaines commencent à cibler l'encéphale d'une personne, elle entend des voix et des sifflements. Ces tympans commencent à brûler. Des maux de tête la font souffrir. Elle ressent des troubles et des brûlures qu'elle traduit en angoisses. En l'absence de ces ondes lointaines, la personne arrête complètement d'entendre des voix et des sifflements. Pour en réduire les effets sur sa tête, le port d'un casque en métal aide un peu. Un casque en métal est vu comme un filtre. La tonalité des voix et les brûlures, qui le tourmentent, diminuent un peu. Mais le reste du corps continue à ressentir des brûlures. Ces voix électromagnétiques lointaines qui endossent une forme schizophrénique s'adressent à la personne. Le but est de faire croire à la personne que ces voix viennent d'elle-même. Au fil des brûlures, la personne devient de plus en plus négative. Une forme de schizophrénie commence à envahir ses pensées. On passe d'une personne normale vers une personne perturbée. Pour les militaires, ces travaux sont jugés prometteurs pour déstabiliser l'ennemi. Ces dernières années, ces expérimentations à distance ont confirmé leur efficacité sur des victimes civiles.

Cette arme électromagnétique intelligente peut déstabiliser à distance m'importe quelle personne dans le monde. Le satellite apporte une plus value de distance. Cette arme, sous le contrôle d'un petit nombre de militaires, peut-être très effrayante. Elle permet de provoquer une forme de délire schizophrénique chez une personne normale jusqu'à son hospitalisation psychiatrique. Elle peut aussi être utilisée contre un chef d'État, un ministre ou un militaire pour l'écarter du pouvoir sans éveiller le moindre soupçon chez les médias. Malheureusement, ce Président sans problème jusqu'à présent est devenu fou, diront les médias à la une ! Que s'est-il passé ?

samedi, décembre 9

Petits crimes par radiations électromagnétiques entre amis militaires.

Dans les années 2000, les renseignements militaires expérimentent avec des ondes satellitaires, principalement de basses fréquences, la douleur, la paranoïa et le délire de persécution chez les humains. Ces ondes nocives ont causé l'enfermement d'hommes, de femmes et mêmes d'enfants en psychiatrie. Ces expérimentations électromagnétiques réalisées à distance avaient pour but d'améliorer et de tester de nouvelles armes par radiations intelligentes. Ces armes intelligentes peuvent tuer par arrêt cardiaque ou cérébral, faire souffrir ou torturer des êtres humains. Elles peuvent orienter ou positionner la psychologie mentale d'une personne vers des états morbides, vers des idées interprétations fausses, vers des idées de mort. Elles peuvent aussi pousser une personne calme à l'agression de l'autre, à la destruction des autres et même de l'influencer vers son propre suicide.

Le gazondage dure chaque jour plusieurs heures. Après quoi, encore durant des heures, la lutte contre le sevrage électromagnétique est terrible. La plupart du temps, le corps continue à rester en vibration. Les muscles inhibés, déchiquetés par les radiations, immobilisent parfois le corps au sol comme un cadavre. Une position qui dénote une lutte contre la mort.

Les communications électromagnétiques civiles en Europe peuvent être utilisées à des fins militaires pour agresser, torturer, influencer et empoissonner des êtres humains.

Saboter la santé d'une victime avec des rayonnements électromagnétiques nocifs, c'est l'un des passe-temps de certaines personnes appartenant aux services secrets français et britannique (Services de contre-espionnage français, DGSE (Ministère de la défense), DGSI (Ministère de l'intérieur), MI5 et le MI6). Ces personnes rayonnent vite et mal leur victime. Quand une santé est sabotée, rien ne peut la reconstituer. Ils gèrent les agressions et les empoissonnements par rayonnements électromagnétiques de leur victime de façon administrative et mentale ; Ils classent le dossier de la victime à sa mort prématurée.

Assassinats et tortures par des radiations électromagnétiques (DGSE, SIS, CIA, BND, SVR, MOSSAD,...).
Les armes à énergies dirigées et les armes psychotroniques ou psycho technologiques entrent dans la catégorie des armes non-létales. Ces armes non-létales ne sont pas mortelles sur de brefs instants. Elles font naître chez une victime la douleur, la paranoïa ou le délire psychotique. Certaines de ces armes destructrices sont duales, c’est-à-dire militaires et civiles. Elles sont parfois utilisées pour le contrôle d'une personne ou de la population.
Les armes non-létales sont destinées à retarder, à bloquer et à vaincre un adversaire potentiel sur le plan stratégique. Bien que ces armes soient non-létales, parfois elles entraînent la mort d'une personne prématurément.

Nul ne peut être arbitrairement torturé par des rayonnements dans un pays, arrêté, détenu ou exilé suite à des ondes nocives et intelligentes.
Je vous rappelle que le terme torture désigne tout acte par lequel des douleurs ou des souffrances aiguës, physiques ou mentales, sont intentionnellement infligées à une personne aux fins notamment d’obtenir d’elle ou d’une tierce personne des renseignements ou des aveux, de la punir d’un acte qu’elle ou une tierce personne a commis ou est soupçonnée d’avoir commis, de l’intimider ou de faire pression sur elle ou d’intimider ou de faire pression sur une tierce personne, ou pour tout autre motif fondé sur une forme de discrimination quelle qu’elle soit. Et que le terme empoissonnement est le fait d'attenter à la vie d'autrui par l'emploi ou l'administration de substances de nature à entraîner la mort.

Malheureusement, certaines armes électromagnétiques non-létales sont devenues intelligentes, nocives et furtives. Elles peuvent exposer aux ondes, sans répit, une personne dans son lieu de vie, dans son lieu de travail, dans un avion ou dans les bureaux de vote. En parlant du vote en France, un système de vote par tirage au sort détourne toute forme de manipulation par des influences électromagnétiques sur un choix de pensées. Après avoir voté par tirage au sort, les tendances, les attitudes et les positions politiques d'une personne continuent à rester neutres. Ainsi, le votant ne participe jamais à la vie politique française ou européenne selon ses propres convictions éphémères et influençables. Cela ne l'intéresse point. Pour elle, c'est le hasard qui définit ses choix politiques du moment et non les ondes. Aux prochaines élections, elle votera de nouveau par tirage au sort. C'est le choix le plus équitable qui soit de nos jours. Sous l'influence des rayonnements nocifs et intelligents, le choix du hasard reste neutre. Comme disait Monod, tout ce qui existe est le fruit du hasard et de la nécessité.

Il est bon de tenir une sorte de journal et de noter les crimes des services du renseignement militaire et civil, ainsi que certains événements et détails sur les tortures par radiations électromagnétiques en France. De plus, il est bon de ramasser des documents trouvés, çà et là, dans les fichiers de l'administration française. Le temps efface les souvenirs et teint souvent d'héroïsme le crime étatique. Avec le temps, ces documents oubliés ont tendance à disparaître. Des centaines de plaintes pour tortures sont oubliées dans le fond des tiroirs du Procureur. Des enquêtes de policiers passent un jour à la corbeille. Les plaintes et enquêtes pour des faits de tortures par radiations électromagnétiques classées de sans suites ont toujours de brèves existences dans les dossiers.

En 2017 comme en 1990, des radiations électromagnétiques peuvent être envoyées sur une personne. La victime se tord de douleurs. Elle se jette au sol ou contre un mur. Les voisins, étonnés, entendent les cris de souffrances de cette personne de très loin. Les personnes du renseignement qui se livrent à des excès de tortures par radiations sont particulièrement sadiques. C'est ainsi que les renseignements fusillent des personnes en France. Quand la victime prononce quelques mots contre ces criminels, elle est fusillée par des ondes plus intenses. Lorsque les radiations sont très fortes, la victime est compressée au sol ou dans son lit par piétinement électromagnétique.

À l’aide d'armes non-létales à ondes cérébrales, de précieuses informations sont ramassées çà et là, directement dans les pensées des personnes scannées sur leur lieu de vie. Elles sont acheminées vers des centres du renseignement. Aujourd'hui, certains pays occidentaux envoient rarement des hommes espions sur le terrain. C'est trop dangereux. Ils font du renseignement à distance avec des ondes cérébrales. Ces services du renseignement par ondes se connectent à distance sur l'encéphale de leur cible humaine avec des ondes de basses fréquences à la façon d'un téléphone portable. Comme les espions pouvaient le faire sur le terrain, ils peuvent également joindre dans leur bouquet électromagnétique de petites ondes nocives pour droguer ou pour faire souffrir la cible humaine.

Aujourd'hui, les services secrets de l’État français et britannique savent pousser vers le suicide avec des ondes des personnes. Avec constance et acharnement, ils les rayonnent et les font souffrir avec des rayonnements électromagnétiques nocifs, intelligents et furtifs jusqu'à ce qu'elles aient de fortes envies de suicide. Les services secrets ont des moyens technologiques et financiers colossaux. Ils peuvent assassiner des personnes à distance sans laisser d'indice. Tout est permis dans certains services secrets de l’État français et britannique.
Une attaque terroriste contre un homme est une attaque contre l'humanité tout entière.
Des actes d'empoissonnement par radiations électromagnétiques ne peuvent jamais se justifier, quelque raison que l'on puisse faire valoir.

dimanche, juin 25

IW : Wavesterrorism in LONDON.

Face à des défenses militaires aux technologies primitives comme la France ou l’Angleterre, aujourd’hui aucune wavesécurité ne permet de lutter contre ce « wavesterrorism » invisible. Si les ondes intelligentes, appelées IW (Intelligent Wave), semblent ouvrir de nouvelles pistes de défense contre les armes électromagnétiques létales de fortes puissances et de petites longueurs d’onde, c’est aussi ces ondes engendrées à distance qui ont menacé et torturé à Londres des personnes innocentes. Ces IW de fortes longueurs d’onde et à énergies très faibles pour pouvoir nuire à l’électronique mais très fortes pour perturber le vivant peuvent écouter la pensée et la voix sans support matériel. Ces ondes sont des mouchards parfaits. Elles flottent librement dans l’air autour de vous comme un parfum sans odeur. Elles sont imperceptibles par les moyens actuelles de communication. Elles peuvent facilement perturber les décisions stratégiques d’une personne et fausser les données transmises par une personne. Elles peuvent influencer un vote ou une action humaine. Ces IW aux énergies très faibles sont dangereuses. Elles détruisent les relations humaines et la confiance portée aux autres. Elles peuvent tordre un corps humain, paralyser ses muscles, ou nuire à sa santé physique et mentale. Elles peuvent facilement projeter une personne sur le sol et même la tuer. 

Sous des longueurs d’ondes « infinies », un nœud de rayonnement se transforme en un nœud gravitationnel. Ce nœud gravitationnel aux énergies indétectables propage en son voisinage un champs gravitationnel. Ce champs qui ne peut plus être représenté par un vecteur dans l’espacetemps se comporte comme une forme d’énergie sans masse. L’interaction de cette énergie avec des masses d’atomes instables peut avoir des conséquences néfastes dans le cœur d’un réacteur de centrale nucléaire. 

Malheureusement, le terrorisme dormant peut également présenter des spécificités technologiques et complexes liées aux IW. E=MC² est un cas particulier de la physique théorique où le temps est nul et la longueur d’onde n’existe pas. 

Bien cordialement.

samedi, mai 13

Deux mille ans auparavant, Jésus, lui-même, n’a pas été autant torturé !

La plus grande histoire de torture en France de tous les temps.
Ceci peut aussi être votre histoire !
Deux mille ans auparavant, Jésus, lui-même, n’a pas été autant torturé.
Il nous aime.
La première chose que nous devons savoir, c’est qu'il nous aime énormément.
Son cœur est sans limite et sans restriction ; il ne veut rien de plus que de nous aimer.
Il a tout fait pour que nous puissions comprendre et recevoir l’importance de son message pour nous.

– Vous avez de la valeur à mes yeux, vous comptez beaucoup pour moi et je vous raconte mon histoire avec beaucoup d’amour.

Sa façon de vivre sous la torture par radiations électromagnétiques nous est restée invisible.
Malheureusement, nous avons été isolés de son amour et de sa gentillesse par ce qu’il appelle les ondes nocives et intelligentes. Plus simplement, torturer un enfant de l’homme avec des ondes, c’est choisir de vivre par nous-même.
Nous torturons quand nous ignorons son existence volontairement. Torturer, c’est mener notre vie à notre façon. La torture détruit les relations humaines, la famille et nous-mêmes. Son message dit que la torture par ondes mène à la mort. Tous ceux qui ont torturé sont privés de son amour.
Il a été torturé pour nous. Malgré notre comportement, il nous a toujours aimés. Il est allé très loin pour nous montrer son amour et ses souffrances. Il nous a écrit. Si nous continuons nos tortures par ondes, nous allons tout droit à la mort. Mais, en mourant sous un x, il a payé à notre place les conséquences de notre façon de nous comporter. La bonne nouvelle, c’est qu'il est revenu en nous pour nous réconcilier avec l’amour. Lorsque nous croyons en l’amour, nous pouvons ouvrir les yeux et recevoir une vie meilleure.
Il a souffert pendant longtemps sous les tortures par radiations nocives et intelligentes de certains humains ; enfant et innocent, il est mort pour des coupables, afin de nous amener vers l’amour.
Il a tout fait pour nous montrer combien il nous aime. Il est revenu dans nos souvenirs, pour nous offrir une seconde chance, en nous aidant et en nous accompagnant ; il nous propose une vie meilleure et pleine de sens. Nous avons le choix. Nous pouvons continuer à torturer notre prochain ou, au contraire, penser à lui et ouvrir nos yeux, pour qu’il nous pardonne de l’avoir torturé avec des ondes. Ainsi, nous pouvons décider de changer notre avenir. Croyons en l’amour et nous serons sauvés.

Nous pouvons simplement lui dire :
Mon amour, merci de nous aimer comme nous sommes et de vouloir le meilleur pour nous.
Nous réalisons que nous avons vécu notre existence sans voir tes souffrances jusqu'à maintenant et nous nous repentons d’avoir été aveugles. Merci de nous pardonner nos fautes, d’avoir été torturé en France à cause de notre ignorance et d’avoir vécu d’atroces souffrances sous des ondes.
Nous te faisons confiance et nous te prions : Viens dans notre vie, protège-nous et aide-nous à découvrir ton amour et tes souffrances.

dimanche, mars 12

Il y a bien longtemps de cela, un étudiant ressentait des envies de suicides dans une faculté lilloise.

S’agissait-il d’une arme électromagnétique ou d’une arme biochimique ?

Durant l’hiver 89-90, de mystérieuses envies de suicides commençaient subitement à envahir un étudiant venant en faculté de sciences humaines de Lille 3. Ces intrigantes envies de suicide survenaient soudainement tous les matins vers la même heure ; l’intoxication allait croissant puis s’estompait lentement vers la fin du déjeuner. Parfois, cet étudiant, fortement perturbé par ces pensées négatives induites à se faire du mal, quittait inopinément la faculté pour essayer d’effacer rapidement de son esprit ces envies de suicides toujours accompagnés de maux de tête. Étant agressé par ces envies de suicide induites à se faire du mal depuis plusieurs semaines dans cette faculté, cet étudiant commençait à soupçonner d’être le fruit d’une opération criminelle instiguée soit par un individu agissant seul sur les lieux, soit par les services secrets du gouvernement français, bien qu’aucun assassin ou mobile plausible n’ait pu être assurément identifié jusqu’à ce jour, simplement parce que les moyens, l’invisibilité du phénomène et les mobiles d’un tel crime échappaient alors à l’attention du public. Il soupçonnait une sorte d’attaque secrète soit aux ondes nocives et suicidaires pouvant cibler un petit périmètre ; soit impliquant une petite pulvérisation sous forme d’aérosol dans l’air d’un produit chimique volatile et inodore, neurotoxique, pouvant être inhalé par des étudiants passant à un endroit et à un moment précis de la journée.

Un étudiant de Lille 3 cherchait-il à commettre des assassinats par suicides pour ensuite retrousser ses babines devant les faits divers des journaux de la bibliothèque ?

À l’époque, ces intoxications invisibles, provoquant des envies de suicide ou de défenestration, ont affecté au moins un étudiant lillois venant travailler à l’université de Lille 3, et peut-être un nombre d’entre eux ayant inhalé ce produit neurotoxique plusieurs fois ont également subi des séquelles mentales ou pire, vécu une tentative de suicide. C’était, hélas, une triste réalité à la faculté de Lille 3 durant l’hiver 89-90.

En changeant, ses habitudes, cet étudiant retrouva la quiétude d’esprit. Aujourd'hui, cela lui est resté dans son souvenir.

samedi, mars 11

En Californie, il existe un nid de tortionnaires scientifiques par ondes.

Les États-Unis acceptent d’oublier cette barbarie par radiations électromagnétiques sur les personnes en échange de rapports scientifiques et expérimentaux. En contre parti, les États-Unis s'engagent à ce que les bourreaux vivant sur leur sol ne répondront jamais de leurs actes.
Mais, à l’aube de sa vie, Wowouj, une victime de l'apocalypse électromagnétique a décidé de raconter la vérité. Il écrit un recueil de témoignages sur les tortures par ondes nocives et intelligentes. Ce recueil dérange le gouvernement français, donc les États-Unis et l'Angleterre.
Pour bénéficier d’une totale impunité, les États-Unis aiderons en secret les tortionnaires à effacer toutes traces compromettantes même s'il faut détruire par radiations la victime Wowouj, sorte d’invitation à l’oubli. L’opinion publique n’en sera jamais rien.

Médecins psychiatres français et cobayes humains.

Lorsque qu'une victime de radiations électromagnétiques nocives et intelligentes arrive en psychiatrie, c’est pour ne plus en sortir libre. Dès son arrivée, elle devient un « psychotique », c’est-à-dire un « sans droits ». Cela signifie que l’on ne lui reconnaît plus aucune humanité. Ce n'est plus qu'un objet à qui l’on peut faire subir les pires atrocités chimiques.
Et l’imagination sadique des médecins est sans limites. Tout est bon pour droguer chimiquement la victime et la rendre incapable de vivre seul.
Des souches chimiques sont inoculées sur la victime saine d'esprit. Après quoi, on regarde ces effets et son évolution. Quand la victime ne pense plus; on la contrôle. Elle doit continuer à prendre son traitement chimique, même dans les pires souffrances.
Ces molécules psychiatriques sont des bombes à la gangrène.
Ces molécules gèlent littéralement votre personnalité et vous transforment en un monstre froid.
Les services secrets français se demande combien de temps faut-il pour qu’une victime meure sous une camisole chimique ?
Ainsi, toute trace compromettante est effacée et le silence est observé pour toujours. L’opinion publique n’en sera jamais rien.