samedi, décembre 9

Petits crimes par radiations électromagnétiques entre amis militaires.

Dans les années 2000, les renseignements militaires expérimentent avec des ondes satellitaires, principalement de basses fréquences, la douleur, la paranoïa et le délire de persécution chez les humains. Ces ondes nocives ont causé l'enfermement d'hommes, de femmes et mêmes d'enfants en psychiatrie. Ces expérimentations électromagnétiques réalisées à distance avaient pour but d'améliorer et de tester de nouvelles armes par radiations intelligentes. Ces armes intelligentes peuvent tuer par arrêt cardiaque ou cérébral, faire souffrir ou torturer des êtres humains. Elles peuvent orienter ou positionner la psychologie mentale d'une personne vers des états morbides, vers des idées interprétations fausses, vers des idées de mort. Elles peuvent aussi pousser une personne calme à l'agression de l'autre, à la destruction des autres et même de l'influencer vers son propre suicide.

Le gazondage dure chaque jour plusieurs heures. Après quoi, encore durant des heures, la lutte contre le sevrage électromagnétique est terrible. La plupart du temps, le corps continue à rester en vibration. Les muscles inhibés, déchiquetés par les radiations, immobilisent parfois le corps au sol comme un cadavre. Une position qui dénote une lutte contre la mort.

Les communications électromagnétiques civiles en Europe peuvent être utilisées à des fins militaires pour agresser, torturer, influencer et empoissonner des êtres humains.

Saboter la santé d'une victime avec des rayonnements électromagnétiques nocifs, c'est l'un des passe-temps de certaines personnes appartenant aux services secrets français et britannique (Services de contre-espionnage français, DGSE (Ministère de la défense), DGSI (Ministère de l'intérieur), MI5 et le MI6). Ces personnes rayonnent vite et mal leur victime. Quand une santé est sabotée, rien ne peut la reconstituer. Ils gèrent les agressions et les empoissonnements par rayonnements électromagnétiques de leur victime de façon administrative et mentale ; Ils classent le dossier de la victime à sa mort prématurée.

Assassinats et tortures par des radiations électromagnétiques (DGSE, SIS, CIA, BND, SVR, MOSSAD,...).
Les armes à énergies dirigées et les armes psychotroniques ou psycho technologiques entrent dans la catégorie des armes non-létales. Ces armes non-létales ne sont pas mortelles sur de brefs instants. Elles font naître chez une victime la douleur, la paranoïa ou le délire psychotique. Certaines de ces armes destructrices sont duales, c’est-à-dire militaires et civiles. Elles sont parfois utilisées pour le contrôle d'une personne ou de la population.
Les armes non-létales sont destinées à retarder, à bloquer et à vaincre un adversaire potentiel sur le plan stratégique. Bien que ces armes soient non-létales, parfois elles entraînent la mort d'une personne prématurément.

Nul ne peut être arbitrairement torturé par des rayonnements dans un pays, arrêté, détenu ou exilé suite à des ondes nocives et intelligentes.
Je vous rappelle que le terme torture désigne tout acte par lequel des douleurs ou des souffrances aiguës, physiques ou mentales, sont intentionnellement infligées à une personne aux fins notamment d’obtenir d’elle ou d’une tierce personne des renseignements ou des aveux, de la punir d’un acte qu’elle ou une tierce personne a commis ou est soupçonnée d’avoir commis, de l’intimider ou de faire pression sur elle ou d’intimider ou de faire pression sur une tierce personne, ou pour tout autre motif fondé sur une forme de discrimination quelle qu’elle soit. Et que le terme empoissonnement est le fait d'attenter à la vie d'autrui par l'emploi ou l'administration de substances de nature à entraîner la mort.

Malheureusement, certaines armes électromagnétiques non-létales sont devenues intelligentes, nocives et furtives. Elles peuvent exposer aux ondes, sans répit, une personne dans son lieu de vie, dans son lieu de travail, dans un avion ou dans les bureaux de vote. En parlant du vote en France, un système de vote par tirage au sort détourne toute forme de manipulation par des influences électromagnétiques sur un choix de pensées. Après avoir voté par tirage au sort, les tendances, les attitudes et les positions politiques d'une personne continuent à rester neutres. Ainsi, le votant ne participe jamais à la vie politique française ou européenne selon ses propres convictions éphémères et influençables. Cela ne l'intéresse point. Pour elle, c'est le hasard qui définit ses choix politiques du moment et non les ondes. Aux prochaines élections, elle votera de nouveau par tirage au sort. C'est le choix le plus équitable qui soit de nos jours. Sous l'influence des rayonnements nocifs et intelligents, le choix du hasard reste neutre. Comme disait Monod, tout ce qui existe est le fruit du hasard et de la nécessité.

Il est bon de tenir une sorte de journal et de noter les crimes des services du renseignement militaire et civil, ainsi que certains événements et détails sur les tortures par radiations électromagnétiques en France. De plus, il est bon de ramasser des documents trouvés, çà et là, dans les fichiers de l'administration française. Le temps efface les souvenirs et teint souvent d'héroïsme le crime étatique. Avec le temps, ces documents oubliés ont tendance à disparaître. Des centaines de plaintes pour tortures sont oubliées dans le fond des tiroirs du Procureur. Des enquêtes de policiers passent un jour à la corbeille. Les plaintes et enquêtes pour des faits de tortures par radiations électromagnétiques classées de sans suites ont toujours de brèves existences dans les dossiers.

En 2017 comme en 1990, des radiations électromagnétiques peuvent être envoyées sur une personne. La victime se tord de douleurs. Elle se jette au sol ou contre un mur. Les voisins, étonnés, entendent les cris de souffrances de cette personne de très loin. Les personnes du renseignement qui se livrent à des excès de tortures par radiations sont particulièrement sadiques. C'est ainsi que les renseignements fusillent des personnes en France. Quand la victime prononce quelques mots contre ces criminels, elle est fusillée par des ondes plus intenses. Lorsque les radiations sont très fortes, la victime est compressée au sol ou dans son lit par piétinement électromagnétique.

À l’aide d'armes non-létales à ondes cérébrales, de précieuses informations sont ramassées çà et là, directement dans les pensées des personnes scannées sur leur lieu de vie. Elles sont acheminées vers des centres du renseignement. Aujourd'hui, certains pays occidentaux envoient rarement des hommes espions sur le terrain. C'est trop dangereux. Ils font du renseignement à distance avec des ondes cérébrales. Ces services du renseignement par ondes se connectent à distance sur l'encéphale de leur cible humaine avec des ondes de basses fréquences à la façon d'un téléphone portable. Comme les espions pouvaient le faire sur le terrain, ils peuvent également joindre dans leur bouquet électromagnétique de petites ondes nocives pour droguer ou pour faire souffrir la cible humaine.

Aujourd'hui, les services secrets de l’État français et britannique savent pousser vers le suicide avec des ondes des personnes. Avec constance et acharnement, ils les rayonnent et les font souffrir avec des rayonnements électromagnétiques nocifs, intelligents et furtifs jusqu'à ce qu'elles aient de fortes envies de suicide. Les services secrets ont des moyens technologiques et financiers colossaux. Ils peuvent assassiner des personnes à distance sans laisser d'indice. Tout est permis dans certains services secrets de l’État français et britannique.
Une attaque terroriste contre un homme est une attaque contre l'humanité tout entière.
Des actes d'empoissonnement par radiations électromagnétiques ne peuvent jamais se justifier, quelque raison que l'on puisse faire valoir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.